La vitamine B9 et la grossesse, une association indispensable

 La vitamine B9 et la grossesse, une association indispensable

Au cours de la grossesse, les prescriptions systématiques sont actuellement très fréquentes : fer, fluor, polyvitamines, veinotoniques, pommade anti-vergetures de telle sorte que ces prescriptions deviennent soit automatiques, soit induites par une demande des femmes.

La plupart des femmes enceintes lorsqu’elles vont à l’hôpital les médecins les prescrivent de la vitamine B9, elles se disent souvent que c’est pour faire grossir leur bébé.

Attention c’est une propagande!

Les besoins au cours de la grossesse sont estimés d’après les quantités de nutriments (graisses, protéines, calcium, fer, vitamines,etc.) déposées dans l’organisme foetal, le placenta et l’organisme maternel, auxquelles s’ajoutent, pour l’énergie, les coûts de maintenance de l’unité foeto-placentaire et de l’organisme maternel.

Acide folique (vitamine B9) et l’anémie mégaloblastique

L’association entre la grossesse et l’anémie mégaloblastique répondant à l’administration de levure de bière est connue depuis très longtemps. Ce type d’anémie peut toucher jusqu’à 25 % des femmes enceintes non supplémentées en folates dans les pays en développement et 2,5 à 5 % dans les pays industrialisés. Mais les carences infra-cliniques sont beaucoup plus fréquentes, pouvant toucher 25 % des femmes dans les pays développés et jusqu’à 50 % dans les pays en développement.

La diminution des folates

Une baisse des folates sériques et érythrocytaires se produit presque constamment au cours de la grossesse chez les femmes non supplémentées. Elle est en partie due à l’hémodilution, mais elle traduit aussi des modifications métaboliques liées à la grossesse. Le catabolisme de l’acide folique est considérablement accru, suggérant que la carence ne s’explique pas seulement par les transferts à l’unité foeto-placentaire, dont la teneur ne dépasse pas 800 mg à terme.

Le degré de la carence dépend à l’évidence de l’importance des réserves en début de grossesse.

Un peu d’histoire

C’est en 1930 que L. Wills découvre l’existence d’une anémie sévère commune à de nombreuses femmes enceintes issues des milieux défavorisés de certaines régions d’Inde. Le lien entre l’alimentation et ce type d’anémie mégaloblastique est ainsi établi. Cette forme d’anémie sera traitée par adjonction de levure dans l’alimentation.

Plus tard, les chercheurs parviendront à isoler la vitamine B9 à partir de certains aliments (foie, légumes, etc.). Dès lors, l’étude de ce nutriment révèle ses nombreux rôles dans la maturation et le renouvellement cellulaire.

C’est seulement en 1980 que les scientifiques seront en mesure d’établir un lien précis entre carence en vitamine B9 et Spina Bifida. Ces découvertes donnent rapidement lieu aux premières recommandations au sujet de la supplémentation en vitamine B9 durant la grossesse.

Parlons un peu de cette vitamine et de son importance avant et durant la grossesse.

La vitamine B9 encore appelée folate lorsqu’elle se trouve dans les plantes et acide folique lorsqu’elle est synthétisée dans le laboratoire à partir des plantes.

Cette vitamine intervient dans la multiplication des cellules, la formation des globules rouges, la formation du système nerveux durant le premier trimestre de la grossesse et utile pour le système de défense (système immunitaire).

Une carence durant la grossesse peut avoir des conséquences graves: entre le 14ème et le 30ème jour de la grossesse peut entraîner des malformations du système nerveux, la déformation de la colonne vertébrale et le plus grave c’est le SPINA BIFIDA (spina: colonne vertébrale, bifida: fissure), anomalies du développement du placenta, un retard de croissance, une augmentation du risque d’accouchement prématuré.

Le spina bifida se manifeste par une boule dans le dos, des troubles urinaires, des difficultés d’apprentissage, une faiblesse musculaire etc….

La quantité de vitamine B9 journalière est de 300 microgrammes mais en cas de grossesse la dose doit être majorée à 400 microgrammes par jour.

Si vous avez des difficultés à utiliser des comprimés, la vitamine B9 se trouve dans votre alimentation: chou, épinards, cresson, orange, fromages, œufs, banane etc…

Voici une liste des 20 aliments les plus riches en acide folique :
Aliments                                                                               Portions                   (µg)                    
Abats de volailles, grillés ou braisés100 g345-770 µg
Foie d’agneau ou de veau, sauté100 g331-400 µg
Légumineuses cuites100 g229-368 µg
Foie de porc ou de boeuf, braisé ou sauté100 g163-260 µg
Épinards bouillis125 ml (1/2 tasse)139 µg
Asperges bouillies125 ml (1/2 tasse)134 µg
Pâtes alimentaires enrichies ou cuites125 ml (1/2 tasse)120-125 µg
Haricots de soya, bouillis ou sautés125 ml (1/2 tasse)83-106 µg
Brocoli bouilli125 ml (1/2 tasse)89 µg
Graines de tournesol grilles60 ml (1/4 tasse)81 µg
Laitue romaine250 ml (1 tasse)80 µg
Beurre de graines de tournesol30 ml (2 c. à soupe)77 µg
Betterave cuite125 ml (1/2 tasse)72 µg
Haricots de soya germés125 ml (1/2 tasse)64 µg
Épinards crus250 ml (1 tasse)61 µg
Jus d’orange125 ml (1/2 tasse)58 µg
Choux de Bruxelles cuits4 choux (80 g)50 µg
Gombos (okras), bouillis125 ml (1/2 tasse)39 µg
Noix, noisettes, avelines, déshydratés, non blanchis60 ml (1/4 tasse)39 µg
Graines de lin60 ml (1/4 tasse)37 µg
Source: Passeport santé
Source

Source:

  • Desaulniers M., Dubost, M. Table de composition des aliments. Volumes 1 et 2. Département de nutrition, Université de Montréal. c2003.
  • Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, version 2001 b.
  • U. S. Department of Agriculture (USDA). National Nutrient Database for Standard Reference. (19 janvier 2011).
  • Santé Canada, Fichier canadien sur les éléments nutritifs, version 2005.
  • Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, version 2010
  • Institute of Medicine and Food and Nutrition Board. Dietary Reference Intakes for Thiamine, Riboflavin, Niacin, Vitamin B6, Folate, Vitamin B12, Pantothenic Acid, Biotin, and Choline. Washington, DC: National Academy of Sciences, 2000.
  • Santé Canada, Bureau de la politique et de la promotion de nutrition, Direction générale des produits de santé et des aliments. Guide du consommateur pour les ANREF (apports nutritionnels de référence).
  • Santé Canada. Apports nutritionnels de référence, version 2008.

Lydolph BAUZIL

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *